Culture Ryder Cup : À l'Europe de jouer !

15/02/2017
Photo : rydercup.com

En 1979, l’équipe de Grande-Bretagne & Irlande s’ouvre aux joueurs continentaux. C’est désormais à l’Europe d’affronter les Etats-Unis.

La première équipe européenne en 1979

La Ryder Cup n’a pas toujours été une rencontre entre l’Europe et les États-Unis. Créée officiellement en 1927, elle oppose d’abord les Britanniques aux Américains, l’Europe n’étant pas encore une entité économique, administrative et politique. Excepté en trois occasions (1929, 1933 et 1957), l’équipe britannique est défaite. Et souvent sur un score sans appel, comme en 1947, par exemple, où elle sombre sur le score de 11 à 1 !

En 1973, les Britanniques font rentrer les Irlandais dans l’équipe qui devient la Grande-Bretagne & l’Irlande. Malgré la présence de Christy O’Connor Sr, premier sélectionné irlandais, l’équipe accuse une nouvelle défaite sur le score de 19 à 13. Quatre ans plus tard, les Américains écrasent une nouvelle fois la Grande-Bretagne & l’Irlande. C’est la dixième fois d’affilée que les Etats-Unis conservent le trophée. A force, la Ryder Cup perd de son intérêt. Son avenir est menacé.

Le dernier soir de cette Ryder Cup 1979 disputée au Royal Lytham & St Annes (Angleterre), Jack Nicklaus rencontre Lord Derby, président la PGA britannique, au Clifton Arms Hotel, à Southport. Evoquant le futur de la Ryder Cup, l’Ours Blond évoque son inquiétude : « John, maintenant que le circuit européen est bien installé, je pense que nous devrions penser à intégrer les joueurs européens. Le match serait à mon sens plus compétitif ». Lord Derby écoute Nicklaus avec attention puis répond : « Jack, laissez moi faire, je m’en occupe ».

Rentré aux Etats-Unis, Nicklaus formalise sa pensée en envoyant une lettre à Lord Derby. Ce dernier est bien décidé à franchir le pas : « Notre comité Ryder Cup sentait bien qu’avec la récente expansion des compétitions à l’Europe, il serait naturel d’ouvrir la sélection aux joueurs européens non britanniques. Une décision grandement facilitée par le récent succès de l’Espagne à la Coupe du Monde de golf et par les exploits de Severiano Ballesteros ».

Ce rapprochement avec les continentaux ne se passe pas sans quelques oppositions de principe. Le magazine britannique Golf Illustrated affûte par exemple ses arguments contre cette « révolution ». Dans son éditorial du 8 juin 1978, il est écrit « qu’on se demande ce que Sam Ryder, le marchand de grains qui a donné ce trophée et permis à cette compétition d’exister, penserait s’il voyait çà. Car il est difficile d’imaginer les fans britanniques capables de la même fièvre patriotique s’ils devaient soutenir Messieurs Ballesteros, Pinero et Garrido… ». Même George O’Grady, directeur exécutif du Tour européen entre 2005 et 2014, est contre l’intégration des joueurs continentaux en 1979. Il a largement révisé ses opinions depuis. Chez les joueurs britanniques, idem, la décision ne fait toujours plaisir. Maurice Bembridge (4 sélections en Ryder Cup) est même tranché : « Laissons la Ryder Cup telle qu’elle est ou arrêtons là. Pourquoi devrions-nous céder aux demandes américaines ? ». Heureusement, tous ne sont pas de cet avis.

En 1978, l’intégration est définitivement adoptée. L’apport de ces nouveaux joueurs ne se fait pas immédiatement sentir. Premiers sélectionnés continentaux dans l’édition 1979 (cf photo), Severiano Ballesteros et Antonio Garrido ne ramènent qu’un point à l’Europe sur les cinq doubles qu’ils disputent. Ils s’inclinent même en simples ! Pour sa première sortie, l’Europe est lourdement défaite, 17 à 11. Six ans plus tard, c’est une toute autre chanson qui s’écrit sur le Brabazon Course du Belfry. C’est aussi une toute autre histoire.

Jean-François Bessey
Vidéos
La Paroisse du Petit Jeu : épisode 4

La Paroisse du Petit Jeu : épisode 4

Golfez en toute sécurité autour et sur le green avec la "Paroisse du Petit Jeu" de l'entraîneur fédéral Olivier Léglise, coach notamment de Grégory Bourdy et Benjamin Hébert ! Dans ce quatrième épisode, apprenez les bases (posture et mouvement) du chip standard.

Armel Le Cléac'h ambassadeur officiel de la Ryder Cup 2018

Armel Le Cléac'h ambassadeur officiel de la Ryder Cup 2018

À 500 jours du début de la 42ème édition de la Ryder Cup, qui se tiendra au Golf National, Armel Le Cléac’h, vainqueur du Vendée Globe 2016-17 et recordman de l’épreuve, a été désigné premier ambassadeur officiel de l’édition 2018 par Ryder Cup Europe.

toutes les vidéos
Rocco Forte Open (T2) : La réaction de Raphaël Jacquelin

Rocco Forte Open (T2) : La réaction de Raphaël Jacquelin

Raphaël Jacquelin réagit après son 62 (-9) lors du deuxième tour du Rocco Forte Open 2017.

La Paroisse du Petit Jeu : épisode 4

La Paroisse du Petit Jeu : épisode 4

Golfez en toute sécurité autour et sur le green avec la "Paroisse du Petit Jeu" de l'entraîneur fédéral Olivier Léglise, coach notamment de Grégory Bourdy et Benjamin Hébert ! Dans ce quatrième épisode, apprenez les bases (posture et mouvement) du chip standard.

Rocco Forte Open (T1) : La réaction de Julien Guerrier

Rocco Forte Open (T1) : La réaction de Julien Guerrier

Julien Guerrier réagit après son 65 (-6) lors du premier tour du Rocco Forte Open 2017.

Armel Le Cléac'h ambassadeur officiel de la Ryder Cup 2018

Armel Le Cléac'h ambassadeur officiel de la Ryder Cup 2018

À 500 jours du début de la 42ème édition de la Ryder Cup, qui se tiendra au Golf National, Armel Le Cléac’h, vainqueur du Vendée Globe 2016-17 et recordman de l’épreuve, a été désigné premier ambassadeur officiel de l’édition 2018 par Ryder Cup Europe.

toutes les vidéos
Club des partenaires frances 2018 Ryder Cup