Chronique du Doc : se protéger et s'hydrater lors des fortes chaleurs

05/07/2017
Photo : Alexis Orloff / ffgolf

Vous êtes golfeur, ou simple spectateur-suiveur dans les compétitions de vos régions, ou bien parent-accompagnateur, veillant au bien-être du petit dernier qui joue sa place aux championnats de France des Jeunes ? Dans tous les cas, que la passion du jeu ne vous fasse pas oublier les précautions élémentaires. Vous pourriez le regretter amèrement !

L'hydratation en eau est indispensable sur le parcours.

Dans toutes les manifestations de l’envergure du HNA Open de France – les années où le soleil tape fort -  comme dans les multiples épreuves estivales organisées pour les golfeurs amateurs de tous horizons, les incidents dus aux fortes chaleurs sont relativement fréquents, et pas toujours anodins. Le risque d’accident dans des conditions de chaleur élevées n’est pas nul, et peut concerner n’importe lequel d’entre nous qui aura simplement négligé les précautions d’usage.

Protégez-vous !

La première chose à faire si vous suivez un joueur ou votre équipe, est de porter un chapeau, au minimum, une casquette.

Ensuite, il faut éviter à vos yeux une exposition solaire en portant des lunettes de soleil. Le rayonnement solaire est extrêmement néfaste pour les yeux, avec un risque de vieillissement accéléré de l’œil.

A cet égard, on a constaté que les pro-enseignants de golf sont confrontés à ce type de problèmes et doivent absolument se protéger s’ils veulent conserver leur acuité visuelle.

Bien évidemment, la protection de la peau n’est pas à négliger. Une protection solaire de bonne qualité, indice 50 est absolument indispensable.

Si vous ne trouvez pas de coin d’ombre sur votre golf, faites plusieurs aller-retour dans le club-house ; aller vous rafraîchir aux toilettes. Il n’est pas recommandé de rester en plein soleil plus d’une heure d’affilée.

Les quelques minutes que vous consacrerez régulièrement à vous retrancher dans une zone plus clémente, vous permettront de faire baisser votre température corporelle : du simple bon sens ? Certes, sauf que parfois, accaparé par ce qui se passe autour de vous, vous pouvez oublier de vous protéger et vous retrouver au bord du malaise.

La plupart des gens que nous accueillons dans les services de premiers soins, lors des tournois de golf, sont les premiers étonnés de ce qui leur arrive : « Ah, je ne pensais pas…que le soleil tapait si fort…que j’étais resté si longtemps au soleil…que j’avais si peu bu dans la journée…que j’étais concerné… »

Car outre le fait de se protéger, il est impératif de s’hydrater.

Buvez essentiellement de l’eau

La fréquence idéale pour boire de l'eau, c’est quelques gorgées tous les quarts d’heure.

Attention, buvez de l’eau fraîche, mais pas glacée pour ne pas avoir à subir de troubles digestifs !

Maintenant, imaginons que de spectateur, vous passez au rang de joueur, toujours dans un contexte de chaleur extrême.

Continuez à protéger vos yeux, et si cela vous gène pour taper votre balle, au moins gardez-les pendant que vous vous rendez d’un coup à l’autre.

Évitez les après-midi

Sachez que tout le monde n’a pas la capacité de produire un effort soutenu par de très fortes températures et que si vous êtes de ceux qui craignent un peu la chaleur, évitez de partir entre midi et quinze heures.

Pour plus de confort et par sécurité, privilégiez les créneaux horaires “ tôt le matin ” et “ fin de journée ” , et même à ces heures-là, contentez-vous de faire 9 trous. Il sera bien temps d’en faire 18, quand les températures seront redescendues.

Parmi les dix règles d’or édictées par les cardiologues du sport, il est très clairement énoncé que les activités physiques exercées par fortes chaleurs présentent un sur-risque vis à vis des accidents cardio-vasculaires potentiels. D’autant plus si la personne a des antécédents dans ce domaine, du type hypertension, antécédents d’infarctus, antécédents familiaux d’accidents cardio vasculaires.

Donc ce sur-risque ne doit pas être négligé et lorsqu’on a connu ce type d’antécédent, il est fortement recommandé de s’abstenir d’aller jouer en pleine après-midi.

Mais sachez que si les jeunes enfants et les personnes âgés doivent redoubler de vigilance vis-à-vis des méfaits du soleil, même les personnes en parfaite santé, seront toujours soumis à deux risques bien réels pour tous, que sont l’insolation et la déshydratation.

Adaptez vos vêtements

Pour lutter contre l’insolation, évitez de jouer tête nue.

Pour protéger votre peau, adoptez des vêtements techniques : manches longues, tissus très léger mis au point pour isoler les bras des brûlures du soleil seront plus protecteurs qu’un polo sans manches (risque de cancer cutané lié à une exposition prolongée au soleil).

Les risques de déshydratation sont également réduits, car la technicité des matières permet de réguler l’évacuation de la transpiration.

Il faut commencer à s’hydrater beaucoup avant d’aller sur le terrain et pendant le parcours. Quelle fréquence ? Toutes les dix minutes, car marcher et taper des coups de golf, ça fait transpirer.

Comment savoir si l’on n’est bien hydraté quantitativement ? Simple, vous vous pesez en sous-vêtement, avant et après votre parcours, et si vous avez perdu plus de 2% de votre poids corporel, cela veut dire que vous ne vous êtes pas suffisamment hydraté.

Des fruits sec mais pas de banane

Buvez donc régulièrement, en grande quantité, en associant eau claire et boissons de l’effort qui amènent les sels minéraux manquants (éliminés avec la sueur).

Comment se nourrir, sachant que lorsqu’il fait très chaud, on n’a souvent pas très faim ? Il faut s’alimenter quand même, car il est indispensable d’apporter suffisamment de carburant à votre organisme. Evitez les barres trop compactes, trop « sèches », surtout quand il devient difficile de déglutir, car même si vous buvez beaucoup, un assèchement de la bouche est fréquent par fortes chaleurs. Il existe des barres énergétiques adaptées car plus faciles à déglutir, qui ressemblent à des pâtes de fruits. Emportez également des fruits secs, du type amandes, faciles à transporter, mais évitez le beurre dans un sandwich, le chocolat, et aussi…la banane. Ce fruit pourtant très prisé à Roland-Garros, n’est pas du tout adapté à la pratique sportive en pleine chaleur. En effet, la banane apporte un surcroît de potassium. Or, on sait que par fortes températures, comme on transpire beaucoup, on concentre son milieu sanguin, avec un taux de potassium qui va avoir tendance à monter. Et donc on va en rajouter ?

C’est absolument contraire au bon sens, avec des conséquences non négligeables : un trop fort taux de potassium provoque une baisse de qualité de la contraction musculaire.

Une ombrelle est la bienvenue

Il n’y a pas que les muscles qui souffrent en pleine chaleur. La tête aussi ! La boîte crânienne, si vous ne prenez pas soin de la protéger par un chapeau, une casquette ; et votre cerveau dont le fonctionnement peut être altéré, sous le double effet d’une exposition prolongée au soleil et de la déshydratation.

Dans un geste comme le swing de golf, qui demande beaucoup de coordination et d’équilibre, on va avoir forcément un inconvénient majeur sur le plan moteur.

Sur le plan mental, les fonctions cognitives sont négativement impactées par la déshydratation aigue, avec des sautes de concentration, moins de lucidité, moins de facilité à voir la bonne ligne de putt, la prise d’informations telles que l’orientation du vent, etc. moins précise et moins fiable.

Pour conclure, n’hésitez pas à faire comme les champions, qui, bien qu’ils soient habitués à jouer sous toutes les latitudes par très fortes chaleurs, ne partent pratiquement jamais tête nue…Et aussi comme ces golfeurs sous le soleil accablant des pays d’Asie, qui n’hésitent pas à utiliser leur parapluie de golf comme une ombrelle, histoire de s’offrir un répit bienvenu, à l’ombre d’un petit coin de paradis. 

Propos recueillis par Dominique Bonnot
Vidéos
Journées Olympiques : le golf fait des curieux

Journées Olympiques : le golf fait des curieux

La Fédération française de golf était présente sur l’esplanade des Invalides les 23 et 24 juin pour soutenir la candidature de Paris 2024 avec un mini-parcours de six trous. Deux jours bien animés.

toutes les vidéos
Jeux Olympiques : Karine Icher et Gwladys Nocera en préparation à l'INSEP

Jeux Olympiques : Karine Icher et Gwladys Nocera en préparation à l'INSEP

Les deux golfeuses olympiques à Rio, Karine Icher et Gwladys Nocera, étaient à l'INSEP mardi 2 août pour une préparation physique idéale avant les Jeux qui débutent pour elles dans quinze jours.

Journées Olympiques : le golf fait des curieux

Journées Olympiques : le golf fait des curieux

La Fédération française de golf était présente sur l’esplanade des Invalides les 23 et 24 juin pour soutenir la candidature de Paris 2024 avec un mini-parcours de six trous. Deux jours bien animés.

Le Swing par Patrice Amadieu : la mi-backswing

Le Swing par Patrice Amadieu : la mi-backswing

Patrice Amadieu, directeur du coaching ffgolf, vous explique l'importance de la mi-backswing.

toutes les vidéos
Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf