Entretien avec Hervé Bouyrie
Le projet de resort golfique dans les Landes

Le dossier de la candidature française à la Ryder Cup comprenait, outre l’organisation de l’événement, un important volet consacré au développement du golf en France. En plus du projet des 100 petites structures à l’horizon 2018, ce dossier envisageait la création d’un important resort golfique. Celui-ci devrait voir le jour dans le département des Landes. Entretien avec Hervé Bouyrie, président du Comité départemental du tourisme. 

Pouvez-vous faire le point sur l’avancement de ce projet de resort ?
La volonté politique de le réaliser est clairement affichée, les partenariats institutionnels sont définis et le tour de table des investisseurs est en train de se conforter. Nous menons les différentes concertations et nous devrions prochainement rentrer dans une phase opérationnelle.

Pouvez-vous confirmer que les terrains se situeront sur les communes de Tosse et de Soustons ?
Ce projet devrait se réaliser sur la commune de Tosse qui est partie prenante évidemment, comme le Conseil général. Tous les acteurs sont réunis pour le mener à bien. Les terrains sont potentiellement définis, pour une surface de plus de 300 hectares, mais tant que tous les aspects du dossier ne sont pas réglés nous ne pouvons pas en dire plus. Cependant, des architectes de golf de l’European Tour ont planché sur le projet et ont déjà rendu une copie.

Comment se composera ce resort ?
Il y aura au minimum deux parcours, et peut-être trois. Le tout est de savoir quelle est la logique. Si nous voulons interpeller une clientèle très internationale, il faut faire quelque chose de sérieux. Le principe sera de toutes façons de déconnecter les parcours du programme immobilier. Ces parcours seront en pleine nature avec très peu d’habitations autour, peut-être juste un hôtel. L’un de ces parcours sera créé dans l’optique de pouvoir y organiser des compétitions de niveau international. Mais l’objectif est évidemment d’ouvrir ces parcours à la population locale, et notamment aux jeunes.

Comment ce projet est-il né ?
Lors de la candidature de la France à l’organisation de la Ryder Cup, un appel à candidature a été fait à l’échelle du territoire national pour savoir s’il y avait des candidats pour installer un resort et appuyer ainsi la candidature. Il se trouve que nous avions déjà dans les Landes, avant cette candidature, un projet de cette nature. Il y avait une véritable volonté politique de porter ce projet.
Le département des Landes compte déjà plusieurs parcours de golf. Comment ce projet s’articule-t-il dans ce contexte ?
L’objectif est de faire des Landes une destination golfique très complète et de développer le tourisme à l’année. Sur la frange estivale, nous avons des capacités d’accueil importantes. Mais pour en faire une vraie économie pérenne et créatrice d’emplois, nous avons un schéma départemental qui a l’ambition de développer le tourisme tout au long de l’année et le golf fait partie de ce projet avec la création d’un resort assez interpellant. Nous bénéficions d’un temps clément toute l’année et nous avons des sols filtrants sableux qui permettent de jouer toute l’année. Les ressources en eau ne sont pas non plus un problème puisque nous pouvons arroser à partir de stations d’épuration ou en prélevant sur les nappes phréatiques très riches et très abondantes dont nous disposons. Nous avons tout pour réussir.

Comment ce projet est-il perçu par les golfs existants ?
J’ai la chance de présider la société qui exploite le golf de Moliets et les contacts que j’ai dans ce cadre avec les différents directeurs et présidents des golfs de la région me permettent de dire que ce projet est bien perçu. Le monde attire le monde comme on dit et même s’il y a quelques craintes, tout le monde sait bien que la concurrence est saine, qu’elle permet de tirer le niveau vers le haut. Et si ce resort reçoit le label du Tour Européen, cela renforcera l’attrait de cette destination pour une clientèle très internationale et cela bénéficiera à tous les golfs de la région.
Avez-vous une idée du nombre d’emplois que ce projet pourrait générer ?
Oui, nous comptons au minimum sur deux cents emplois directs avec trois golfs et les activités autour puisqu’il n’y aura pas que du golf mais d’autres activités sportives de façon à diversifier l’offre et la rendre plus intéressante.

Qu’en est-il des investisseurs ?
De nombreux investisseurs privés sont candidats et nous devrions avoir ce mois-ci une idée très concrète des participants. Nous en avons d’ailleurs rencontré quelques-uns au golf national, début juillet, lors de l’Open de France, avec Henri Emmanuelli, président du Conseil général des Landes. Ces partenaires devraient constituer un pool mais les collectivités locales souhaitent évidemment être partie prenante de ce projet.

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf