vue du parcours
Ilbarritz, un centre d'entraînement à la hauteur des plus beaux parcours

Bienheureux les joueurs du Pays Basque ! Ils sont probablement les seuls golfeurs au monde à bénéficier d’un outil de travail de cette nature. Que l’on se rassure, cette structure est ouverte à tous, basques ou non, débutants ou professionnels chevronnés. Ici, tout le monde se côtoie dans une ambiance paradisiaquement studieuse.

On pourrait tout simplement qualifier ce lieu de practice, ce qui resterait exact, mais ce serait faire grande injure tant au site lui-même qu’aux installations. Un simple coup d’œil sur Ilbarritz permet de convaincre les joueurs les plus réfractaires à l’entraînement de venir passer des heures à faire et refaire des gammes !

A la vue de ce centre d’entraînement, on en accepterait même un grand retour en arrière lorsque, avant de pouvoir accéder à un parcours, l’on était condamné à faire ses classes pendant des mois, sous la direction « du professeur de golf qui attendant le client d’un air nonchalant et sévère, assis sur son tabouret, une pince à la main, de belles chaussures bicolores aux pieds ».

Claude Rousseau, Directeur

Cette belle image a pour auteur Claude Rousseau, le directeur d’Ilbarritz et du golf de Biarritz le Phare – les deux sites font partie de la même société. Ce n’est pas qu’il soit chatouillé par un brin de nostalgie, bien au contraire. S’il utilise cette image c’est pour bien faire comprendre que les usages, à Ilbarritz, sont aux antipodes de ces pratiques d’autres temps et d’autres mœurs.

A Ilbarritz, ce ne sont pas moins de cinq écoles qui officient face à l’Océan, sur un très vaste espace circulaire, dominé par le château d’Ilbarritz, juste au dessus, et par la Rhune, au loin. Cela représente une vingtaine de pros qui donnent des cours individuels ou collectifs, des stages de formation d’une durée de trois à cinq jours. En outre, quelque deux cents enfants suivent ici les cours de l’école de golf. Mais rien n’oblige le joueur à recourir à ces différentes écoles, quiconque peut venir y travailler en solitaire.

« Ces écoles, agréées par la Société des Golfs de Biarritz, sont indépendantes les unes des autres, explique Claude Rousseau. Mais nous avons décerné ces agréments sur la base de véritables propositions pédagogiques, différentes les unes des autres. Elles ne travaillent pas complètement sur le même créneau, nous leur demandons de se différencier. Chacune a son propre site internet et ses particularités, certaines proposent la leçon de la semaine en ligne, d’autres des stages sur mesure, des bilans à distance. Les joueurs peuvent donc faire leur choix à la mesure de leurs envies ou de leurs besoins. Ils disposent d’un très large éventail. Notre but est de moderniser l’image de l’enseignement, de le professionnaliser, et la PGA travaille également dans ce sens. »

Golf d'Ilbarritz

Ici encore, ce n’est pas la concurrence qui prévaut mais la complémentarité, dans le but de promouvoir l’intérêt commun, à savoir le développement du golf grâce à des services supplémentaires offerts aux golfeurs. Le Centre d’entraînement d’Ilbarritz disposera d’ailleurs d’un stand lors du prochain Salon du golf, à Paris, où il comptera sur la participation de deux des cinq écoles qu’il héberge.

Ilbarritz ce n’est pas seulement ce superbe outil de travail, composé de multiples zones et ateliers pour travailler le jeu court ou long, le petit jeu ou le putting. C’est aussi un somptueux 9 trous qui serpente, grimpe et descend le long de l’Océan, plutôt technique, idéal pour mettre en pratique ce que l’on aura travaillé dans la joie et l’harmonie sur les différents ateliers.

Ilbarritz c’est encore une autre zone de travail, actuellement en cours de finalisation, qui ouvrira ses portes au mois d’avril. « Il s’agit d’une zone d’entraînement au petit jeu strictement réservée aux joueurs de haut niveau, professionnels ou amateurs, situé à l’emplacement de l’ancien trou numéro un du parcours, précise Claude Rousseau. Ici, tous les coups imaginables pourront être travaillés, sur des surfaces plantées de différentes graminées et depuis toutes sortes de bunkers, avec évidemment des balles en usage sur les circuits pros. »

De fait, depuis l’inauguration de centre en 1988, l’année du centenaire du golf de Biarritz, de nombreux joueurs professionnels viennent travailler ici. Actuellement, les plus assidus sont Grégory Bourdy et Romain Wattel, avec leur coach Olivier Léglise – qui est pour grande partie à l’origine de ce centre – , Michaël Lorenzo-Vera avec Jean Lamaison, Caroline Afonso avec Philippe Mendiburu. Mais de nombreuses équipes nationales amateur du nord de l’Europe mais aussi d’Espagne viennent également s’y perfectionner.

« Nous avons toujours considéré qu’Ilbarritz se devait d’être évolutif, représenter un exemple, poursuit Claude Rousseau. Ce projet a été mené à bien avec nos compétences internes mais aussi grâce aux entraineurs et joueurs de haut niveau qui fréquentent ce lieu, et à la Fédération qui un temps nous a aidé financièrement. Que des installations comme celle-ci fleurissent en France me paraît souhaitable. Il semble que la Fédération privilégie aujourd’hui l’entraînement du haut niveau de façon localisée en fonction du lieu d’habitation des joueurs. Je ne vois là aucun phénomène de concurrence, au contraire, nous avons tous à y gagner. »

Force est cependant de constater que le Pays basque jouit d’un atout qu’il n’est pas le seul à posséder mais qui reste rare : les conditions climatiques. Par exemple, au mois de décembre dernier, alors que la tempête sévissait un peu partout en France, il faisait beau sur Ilbarritz. Les brèves averses et poussées éoliennes ne rentrent évidemment pas en ligne de compte.

Du coup, un peu de prudence élémentaire s’impose aux futurs visiteurs de ce lieu unique : avant de se mettre au travail, il conviendra de passer au moins une bonne heure à admirer le paysage. Par exemple depuis la terrasse du bien nommé restaurant « La Socket » qui, soit dit en passant, mérite que l’on s’y attarde. Mais pas trop quand même, les gammes attendent… Ainsi, rassasié et comblé, en tout cas partiellement, l’amateur aura moins de mal à garder la tête et les yeux sur la balle au moment de taper au lieu d’admirer le cadre. Mais quel paysage !

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf