RETOUR AU SOMMAIRE

Les Aisses, le joyau

RETOUR AU SOMMAIRE
09/12/2015

Sublime golf ! Le site en lui-même est certes d’une beauté ensorceleuse avec ses arbres majestueux et ses bruyères si délicates, mais le tracé du parcours, subtil et envoûtant, contribue à le magnifier encore.

Alexandre Kaleka connaît ce parcours depuis longtemps : « Il était déjà super avant les modifications mais aujourd’hui, grâce à son propriétaire qui adore le golf et qui le connaît  bien, c’est devenu un golf exceptionnel, s’exalte le joueur professionnel. C’est le parcours où il faut aller, même si on ne joue pas très bien mais qu’on aime le golf, pour voir à quoi ressemble un superbe parcours ! Il est tout simplement parfait. En France, on peut le comparer à Fontainebleau, Chantilly ou Morfontaine. » Voilà qui est dit.

Le golf des Aisses a vu le jour en 1992 mais, à la faveur d’un changement de propriétaire, il a été fermé puis rouvert en 2011 à la suite d’une très importante réfection menée par l’architecte anglais Martin Hawtree. « C’est beaucoup plus qu’une réfection, objecte Christophe Berthet, le directeur de ce golf. Martin Hawtree a refait tous les départs, tous les bunkers, tous les greens et il a même complètement recréé quatre trous ! Le but était de faire de ce parcours un parcours de bruyère, grâce notamment à des éclaircies opérées dans la forêt pour permettre aux bruyères, déjà présentes, de s’implanter plus facilement. »

Le 13

Le trou 13.

L’ambition déclarée qui était de faire de ce parcours l’un des plus beaux de France et même d’Europe a donc été réalisée, mais cela ne s’arrête pas là. Il s’agissait de faire également de ce golf un parcours réellement sportif. Avec sa longueur de 6648 mètres des back tees, les Aisses assure quant à la distance mais celle-ci ne fait pas tout. Pour avoir vu les positions de drapeaux en vigueur lors des derniers championnats de France messieurs, joués fin août, on peut dire que ce parcours peut être « monstrueux », de difficulté évidemment.

« Peu nous importe d’être classés numéro x ou x dans les rankings, insiste Christophe Berthet, ce qui nous intéresse est de faire vivre un parcours à la fois challenging, de par l’architecture et la sportivité du tracé, et très agréable, sur un site exceptionnel, sans maisons qui plus est, au sein d’une nature que nous nous appliquons à respecter. »

Difficile, sinon impossible d’établir une hiérarchie entre les 18 trous du parcours, mais notre directeur, qui doit connaître assez bien les lieux, a une petite idée : « Martin Hawtree est réputé pour ses dessins de par 3 et, en effet, nos par 3 sont magnifiques. Celui que je préfère est le 7, situé dans la lande, donc très ouvert. La palette de couleurs qu’il offre est merveilleuse. Le par 4 du 13 est un peu le contraire. C’est un dogleg droite beaucoup plus encadré, avec une série de bunkers à retombée de drive, très judicieusement placés. C’est l’un des plus courts du parcours mais il demande beaucoup de précision, autant à la mise en jeu qu’au deuxième coup. Et en plus, il y a des bruyères partout. »

Le 1

Le par cinq du 1.

Ces fameuses bruyères sont de quatre sortes différentes, dont la floraison s’échelonne des mois de juin à septembre. Avec les dérèglements climatique sen cours sur notre chère planète, on ne peut plus être sûr de rien mais, avec un peu de chances, les amoureux fous des bruyères devraient être comblés par une visite des lieux fin août. Mais ces mêmes amoureux vous diront que les bruyères sont toujours très belles, même lorsqu’elles ne sont pas en fleurs. Et, quelle que soit la saison, les chênes, bouleaux, pins, sapins et châtaigniers, sans oublier les ajoncs et les genêts, ont de très beaux atouts à faire valoir. Le parcours, lui, a opté pour un état stationnaire d’excellence tout au long de l’année.

 

Site internet du golf : www.aissesgolf.com

Site internet de l’association sportive : www.asdesaisses.org

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf