Pourquoi jouer l’Aigle plutôt que l’Albatros quand on s’est propulsé jusqu’au Golf National, à Guyancourt et que malgré l’absence (provisoire) de signalétique, on a trouvé une place pour se garer et une personne pour vous renseigner ?

Les raisons sont multiples à commencer par la plus dissuasive : il faut être au moins 28 de handicap pour y avoir accès. Et si vous n’êtes pas un joueur de golf confirmé, laissez tomber, vous ne prendrez guère de plaisir sur l’Albatros.

Plus abordable, sans être évident, l’Aigle vous laissera respirer un peu. Vous ne serez pas sous tension en permanence, vous pourrez vous habituer au vent dominant, ce qui est quasi- impossible sur l’Albatros dont le tracé “ en étoile ” favorise les changements de direction de la brise d’un trou à l’autre. Et puis vous perdrez moins de balles dans les roughs inextricables…

Convaincu ? Non ? Vous rêvez de marcher dans les pas des champions de légende qui ont remporté le Trophée Alstom et de précéder ceux qui viendront en 2018 disputer la Ryder Cup? Alors voici l’argument massue : L’Albatros va fermer ses portes le 15 juillet prochain et ne les rouvrira, après s’être refait une perfide beauté que fin avril 2016 au mieux.

Mais ne désespérez pas. De belles surprises vous attendent sur l’Aigle qui bénéficie de l’expertise d’entretien et de maintenance d’une équipe dédiée, détachée exceptionnellement de celles qui œuvrent sur l’Albatros sous la responsabilité de Alejandro Reyes, et qui, quotidiennement, s’évertue à faire de l’Aigle un parcours d’une qualité exceptionnelle.

Le travail a été confié à un des chefs d’équipe du Golf National, Fréderic Rossel, qui emploie exactement les mêmes techniques, les mêmes outils de pointe que lorsqu’il travaille sur l’Albatros.

«  Je suis très pointilleux, j’ai essayé d’apporter beaucoup de détails, dit cet amoureux du parcours et de son métier. Ce qui fait la différence, c’est la qualité du travail du tondeur. »

 Commencer par le milieu du fairway en créant des bandes bien droites et bien régulières. Mais la signature d’un bon tondeur se reconnaît à sa capacité à réussir ces détourages de précision qui délimitent parfaitement les différentes hauteurs de tonte. En permanence, remettre l’ouvrage sur le métier. En permanence, s’assurer que le détourage est vraiment nickel pour qu’en fin de journée ou le matin de bonne heure, quand le soleil est rasant, tout ce travail  s’apprécie comme un tableau de maître.

«  Les clients y sont sensibles, affirme Frédéric Rossel, en place depuis dix ans. L’esthétique compte, mais aussi le fait de voir si l’on a mis sa balle sur le fairway, autour du green ou sur le green. » C’est ça, l’exigence du National.

Le sceau de l'exigence
Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf