A la différence de l’Albatros, où vous repassez aux abords du club-house entre l’aller et le retour le parcours de l’Aigle vous propose une boucle unique comme on en trouve sur nombre de parcours britannique à commencer par Saint Andrews. Autant dire que si vous avez le vent contre à l’aller, vous l’aurez avec, au retour et inversement. Mais quoi qu’il en soit vous n’y échapperez pas : il souffle fort 300 jours par an, de 10 à 17 heures.

Ce vent ajoute au côté “ links ” de ce plateau très naturel, sans aucun massif floral, mais décoré de genêts et d’ajoncs très caractéristiques.
L’Aigle se met à la portée des golfeurs moyens grâce à ses grandes ouvertures de jeu et l’absence d’obstacles d’eau entre fairway et green. Des greens de grande qualité donnant une très belle roule, régulière et homogène sur les 18 trous. On a essayé, c’est du velours.

 Les travaux les plus récents ont permis de rénover la totalité des bunkers manucurés comme des ongles de starlettes. Sable et sous couche drainantes ont été entièrement remplacés. Le trou préféré de Frédéric Rossel, joueur de golf à ses heures, est le n°5 : un dogleg gauche, avec un green protégé par 4 bunkers, un petit bassin sur la droite. Mais le 18 est aussi très apprécié des habitués, pas seulement parce qu’il sonne la fin d’un effort physique assez intense lié au fait qu’on a très rarement les pieds à plat sur le parcours.

Les débutants qui ne se sentiraient pas assez aguerris pour jouer l’Aigle peuvent s’essayer sur l’Oiselet, un vrai neuf trous extrêmement bien entretenu également, plus plat, quoiqu’un peu frustrant avec ses greens en assiette retournée qui transforment vos birdies en bogeys en moins de temps qu’il n’en faut pour regretter son propre geste.  

Il sera alors toujours temps de visiter les différentes zones de practice de l’Académie, pour tenter de vous refaire une santé morale en trouvant les solutions à vos problèmes, avec l’un des pros qui sont là pour vous conseiller. Ils ne manquent ni de compétence ni de moyens sophistiqués pour vous faire progresser. 

Pour les jeunes, il existe une école de golf regroupant 260 enfants qui ne sont pas tous des graines de champions, mais de simples pratiquants et heureux de l’être.

«  Ce n’est pas une école de golf “ élite ”, explique le nouveau Directeur du National, Paul Armitage, un Anglais pure souche, avec humour et accent très british, bien qu’il vive en France (et travaille dans le golf) depuis vingt-cinq ans. Le golf n’est pas un sport élitiste, c’est juste un sport qui, contrairement au foot, a besoin de structures plus coûteuses qu’un simple terrain et un ballon. Nous lançons une opération de détection fin mars, en attaquant par la base, car j’estime que le Golf National doit être un fournisseur de potentialités pour les clubs de la région. »

Un parcours peut en cacher deux autres
Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf