La première étape a fait naître un neuf trous boisé, qui constitue l’aller du 18 trous actuel. Un parcours relativement plat, parsemé de petits bunkers profonds et accompagné tout du long de buttes et d’herbes hautes en bordures de fairways. Les habitués le considère comme une mise en jambes avant le retour beaucoup plus technique, avec ses étroits fairways, ses devers, ses nombreux plans d’eau, ses plages de sable et ses greens ondulés.

Quand le 9 trous a été terminé, en 1999, les abonnés ont été consultés pour savoir ce qu’ils désiraient en urgence : les 9 trous du retour, une zone de practice ou un club-house.

La majorité s’est prononcée pour le 18 trous en priorité, puis le practice, le reste pouvait attendre, et tant pis s’il n’y avait qu’un bungalow de chantier pour tout point de ralliement.

Quatre ans plus tard, le golf de Saint-Marc devenait enfin le 18 trous tant attendu, drainant une nouvelle clientèle de golfeurs émérites et compétiteurs, tandis que les pionniers étaient plus enclins à une pratique de détente. Aujourd’hui ces deux tendances sont également représentées parmi les membres, qu’ils soient parisiens ou du cru.

En 2007, la zone de practice vient combler d’autres attentes. 54 postes en étage, dont 18 couverts, faits de verre et de bois, permettent d’apercevoir l’horizon au-delà des silhouettes du golfeur au travail. Juste à côté, trois greens d’entraînement complètent  l’ensemble. C’est ici le royaume de quatre amis, quatre pros indépendants mais uniquement dédiés à la clientèle du Golf de Saint-Marc, qui assurent des leçons  (28€ la demi-heure) ou proposent des forfaits à une clientèle qui souhaite progresser rapidement en individuel.

Les travaux pour le club-house sur deux niveaux n’ont démarré qu’en 2009. Et ce n’est que deux années plus tard, que la Directrice Madame Mendès fidèle au poste depuis 1999, a pu enfin quitter son bungalow de fortune pour intégrer un vrai bureau, au sous-sol d’un bâtiment de bois très réussi, à côté de l’accueil et du pro-shop. Mais il a fallu attendre le 28 avril 2014, pour pouvoir consulter la carte du restaurant (que des produits frais et à ce propos, on vous recommande vivement la ferme située juste à côté du golf : que des délices !) et commander son premier café.

Enfin l’œuvre était achevée, si tant est qu’un golf puisse un jour être considéré comme achevé.

« Nous comptons actuellement 250 abonnés, énumère Mme Mendès, dont un noyau de fidèles a suivi l’évolution depuis le début, et nous faisons un peu moins de 30 000 green fees par an, qui ne sont pas tous plein tarifs »  bien qu’ils soient parmi les moins onéreux du marché en la région parisienne  (34€ en semaine, 60€ le week-end).  

Des formules originales trop rarement pratiquées dans les clubs français.

On a ainsi la possibilité de prendre ici un green fee à tarif réduit, “ spécial  fin de journée ”, (4 heures avant la tombée de la nuit  y compris le week-end) ou de faire un neuf trous le matin avant neuf heures du départ du 10, le trou signature du parcours, en devers, 40° de dénivelé, avec vue sur le plan d’eau. «  À partir du trou n°10, on ne joue plus jamais les pieds à plat », souligne Madame Mendès.

La Directrice est assez fière de l’indépendance du club : «  Nous ne sommes pas reliés à une chaîne, même si les deux plus grandes nous l’ont proposé. Farouchement opposés à la pratique de prix exorbitants, notre concept, c’est la démocratisation du golf, c’est favoriser sa pratique pour tous. Si nous faisions partie d’une chaîne, nous ne pourrions proposer des tarifs aussi bas. Et puis, on aime cultiver nos différences. » Écrire sa propre histoire, avec quelques clubs amis qui organisent des journées d’échanges gratuits entre membres : Forges-les-bains, Val Grand-Bondoufle, Villarceaux, Seraincourt, Etiolles. «  Notre petit réseau à nous », conclut Madame Mendès.

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf