RETOUR AU SOMMAIRE

Le clin d'oeil

RETOUR AU SOMMAIRE
22/11/2013

Les râteaux de bunkers, c’est un peu comme la barbe du Capitaine Haddock... Pour le marin il s’agissait de savoir s’il fallait placer sa barbe sur ou dessous le drap. Pour le golfeur moyen, la question est de savoir s’il faut remettre la râteau légèrement à l’intérieur, délicatement à l’extérieur ou franchement à cheval. À Granville, plus de problème.

ouverture
Prendre un râteau

Dedans, dehors, à cheval ? Sur pratiquement chaque golf, les us différent. Et toujours avec de bonnes raisons : dedans, parce que cela ne gêne pas le jeu, dehors, pour ne pas laisser de traces dans le sable, à cheval, pour bien marquer sa différence. Le joueur itinérant ne sait plus ou donner de la tête.

Pire, pour qui, comme votre serviteur, n’a pas l’habileté de sortir proprement sa satanée balle à la première tentative, il n’y a rien de plus vexant que d’aller chercher le râteau pour faire disparaître les nombreuses et irréfutables preuves de sa maladresse. De plus, il s’est passé tellement de temps et tant d’efforts de concentration que l’on ne sait plus, une fois les traces effacées, dans quelle position se trouvait l’outil en question : dedans, dehors, à cheval ? L’humiliation est à son comble. L’amour propre du joueur se prend immanquablement un nouveau râteau dans les dents.

rateau

Eh bien, à Granville, rien de cela ! La torture passe presque complètement inaperçue : tous les râteaux du parcours trônent majestueusement et surtout à portée directe de vue et de main du joueur maladroit. Plantés, dents au vent, dans un petit orifice prévu à cet effet et marqué par de discrètes peintures blanches, mais il va sans dire à l’écart des lignes de jeu « normales », les râteaux s’offrent généreusement au joueur. Et c’est dès lors avec fierté que le joueur peut replanter le râteau devenu étendard, symbole de son habileté retrouvée...

C’est Stéphane Rouen qui est à l’origine de cette innovation en France. Le surintendant reconnaît cependant n’avoir rien inventé mais avoir remarqué cette pratique quelque part en Irlande. Sur le golf de Coutainville, où Stéphane Rouen intervient en tant que consultant, quelques bunkers sont aussi équipés de la sorte. Autre avantage, il devient impossible dans ces conditions de retrouver, comme cela arrive parfois, les trois râteaux d’un vaste bunker rassemblés à quelques mètres les uns des autres au point le plus éloigné du fairway... À qui le tour ?

rateau

Autre avantage encore : ces nobles totems que sont devenus les râteaux servent aussi de perchoir à quelques éperviers ou autres petits rapaces. De leur piédestal, ils observent ainsi en toute tranquillité, et sans effort, tout mulot ou autre vagabond nuisible, et n’ont qu’un petit saut à faire pour nettoyer à leur tour le parcours.

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf