RETOUR AU SOMMAIRE

Le très sportif club de Salvagny

RETOUR AU SOMMAIRE
10/10/2016

Ce golf affiche non seulement un très haut niveau en ce qui concerne son niveau technique et ses vallonnements, il est aussi le nid au sein duquel ont poussé deux des jeunes joueurs professionnels les plus prometteurs de leur génération, Sébastien Gros et Clément Sordet. Une fois le parcours joué, une fois vérifiée la grande variété de ses trous, on ne sera plus étonné que de si bons joueurs arpentent ses fairways. Et, ce qui ne gâche rien, l’entretien de ce parcours n’a d’égal que sa beauté.

Une chose est de créer des champions, autre chose est de les honorer. C’est ce qu’a fait le golf de Salvagny le 1er octobre dernier, en organisant un « skin game » auquel ne participaient que des Lyonnais. Raphaël Jacquelin en sera le doyen et Gary Stal le voisin, en tant qu’enfant du Golf Club de Lyon. Des deux champions locaux, seul Sébastien Gros, celui qui par sa force de frappe transforme les par 5 en petits par 4, sera là. Le quatrième mousquetaire, Clément Sordet, ferraillera à ce moment-là sur un autre front, au Kazakhstan, pour assurer son accession au Tour Européen grâce à l’un des tournois les mieux dotés du Challenge Tour.

Un autre « skin game » fut organisé ici il y a des années, auquel participèrent des joueurs américains d’un autre âge, tels Tom Kite ou Larry Mize. C’est dire le dynamisme de ce club où il semble n’y avoir que des champions. D’ailleurs, si vous n’avez pas la chance de jouer ici avec l’un des 650 membres du club, au moins tâchez de les observer. Il ne faudra pas s’étonner de voir l’un d’eux rentrer une sortie de bunker dès le deuxième trou, puis, de temps en temps, placer des approches « à la rondelle », ou encore enquiller des putts interminables.

Salvagny étang

Créé en 1987, ce golf a vraiment commencé par les débuts : un practice et un 9 trous pitch and putt. « Au début il n’y avait que des débutants, témoigne une des pionnières. La plupart des autres golfs n’existaient pas encore. On devait ramasser les balles du practice trois fois par jour !!! » Autre preuve de la foi inébranlable qui devait animer les fondateurs, ils trouvèrent le moyen d’ouvrir les 9 derniers trous du 18 trous avant les 9 premiers ! Les autorisations officielles pour la première tranche n’arrivèrent qu’ensuite.

Des greens torturés

L’une des caractéristiques de ce golf réside dans la tenue de ses greens : vastes mais pentus et très bien tondus. « Avec Didier Poncet, notre super-intendant, nous avons un contrat moral envers l’association sportive, précise François Tirard, le directeur. Les greens doivent rouler ! Et nous respectons cela scrupuleusement, comme l’entretien de ce parcours très varié où on sort tous les clubs du sac. » On peut même témoigner qu’en certaines occasions, on a vainement cherché un quinzième et un seizième club pour se tirer d’affaire…

Il y a de tout à Salvagny : des montées, des descentes, parfois les deux sur un même trou, des dévers, des trous courts, d’autres longs, d’autres encore très longs, dogleg à gauche, dogleg à droite, parfois les deux, des étangs sur le côté, d’autres droit devant, des arbres au départ, à l’arrivée ou tout du long. Il faudrait probablement prendre un abonnement d’une semaine pour commencer à se familiariser avec cette diversité.

Salvagny 10

Les par 4 sont ceux qui donnent le plus de fil à retordre. Quatre d’entre eux occupent des quatre premiers rangs dans l’ordre de difficulté, le 4, le 8, le 11 et le 12. Le plus frappant est sans doute le 8 avec son départ très surélevé et la magnifique vue qu’il procure. Le 11 n’est pas en reste, avec lui aussi un départ en belvédère. Quant au 12, il se défend aussi très bien avec son fairway en dévers et ses obstacles d’eau de part et d’autre d’un goulet d’étranglement à 50 mètres du green.

Plusieurs départs en belvédère

Heureusement, les par 5 sont là pour se refaire la cerise. Enfin, éventuellement, avec le 3 et le 10, les deux trous les plus faciles du parcours. A défaut, on se délectera de leur dessin, avec les très belles ondulations du 3, les deux doglegs, la descente et la remontée du 6, les belles cuvettes du 10, une fois passés les chênes qui referment le passage des drives, ou encore avec cet autre petit chêne qui a eu le culot de pousser pratiquement au milieu du fairway du 15 et d’y prendre ses aises.

Restent les par 3 mais là encore, ce n’est pas une mince affaire. Il ne faut pas se manquer sur le 5, avec un peu d’eau à traverser et un green très étroit. Le 7, n’en parlons pas pour l’instant, trop dur, ses jours sont heureusement comptés au grand désespoir de Sébastien Gros. Le 8 est un peu long et le 17 très long malgré la descente sévère mais très beau avec un autre départ surélevé. Revenons-en au 7 qui une fois redessiné, probablement en milieu de saison 2017, sera le trou signature du parcours. Au vu des images de synthèse qui ont été réalisées, on le croirait tout droit sorti du parcours de par 3 dont s’enorgueillit Augusta National, le site du Masters !

Salvagny terrasse

Alors, trop dur le golf de Salvagny ? Oui si on se prend à vouloir suivre les traces de Clément Sordet ou Sébastien Gros. Non si l’on se contente d’œuvrer plus ou moins autour de son propre niveau de compétences. Le parcours devient alors beaucoup plus amusant que difficile, beaucoup plus attrayant que rebutant. Et à jouer détendu, on n’apprécie que mieux les beautés du site. Comme on le fera une fois installé sur la superbe terrasse, devant les greens du 9 et du 18, le départ du 10 et le Mont Verdun au loin. Avant otu club de membres, Salvagny est otut de même ouvert aux visiteurs, sept jours sur sept, à condition de réserver au moins trois jours à l’avance.

 

Site internet : lyon-salvagny-golf-club.com

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf